Structure de la langue Arabe

Il existe plusieurs façons différentes d’apprendre la langue arabe. Il existe deux types de syllabes: les syllabes ouvertes (CV) et les syllabes fermées (CVVC ou CVCC). Chaque syllabe commence par une consonne, qui est empruntée au mot précédent. Par exemple, l’article défini est prononcé bay-tul-mu-diir. Cependant, le directeur du mot serait prononcé Al Mudiir.

Préfixes

La langue arabe utilise un système de tigers pour changer les mots. Ces tigers sont divisés en deux groupes, les tigers légers et khoja. Les tigers légers éliminent les infixes et les suffixes. Les tigers légers sont plus courants dans la langue arabe. Les tiges utilisées en arabe comprennent les DR (leçon), M, L, W et K.Ces tiges ajoutent également des informations de genre aux mots.

De même, les verbes arabes sont classés en deux groupes, par leurs préfixes et suffixes. Les verbes au passé sont raccourcis à RM avant -U ou -I. Au passé, la fin singulière féminine -ti ne contient généralement pas de voyelle courte finale. La racine de la plupart des verbes arabes est deux consonnes. Les verbes au présent, cependant, sont de trois consonnes longues.

Stress des mots

Le schéma de stress du mot arabe suit une règle qui souligne la troisième syllabe. En mots avec quatre syllabes ou plus, le stress n’atteint jamais la dernière syllabe. Il est donc possible de faire la distinction entre différents modèles de stress des mots arabes. De plus, le stress arabe n’est pas nécessairement le même que le stress anglais.

Un mot avec un pied fort est stressé dans la position antépénultime. Il s’agit d’un schéma de stress rare. De plus, le crochetage doit coïncider avec la limite de la syllabe. De plus, un mot arabe disyllabique n’est sanctionné que si au moins un pied est érigé sur le mot.

Si vous apprenez l’arabe, la première étape consiste à développer un rythme intuitif. Il est important de comprendre que la langue a différentes règles de stress des mots. Tout d’abord, n’oubliez pas que les syllabes sont divisées en syllabes courtes et longues. Une courte syllabe se compose d’une seule consonne suivie d’une voyelle courte. Une longue syllabe, en revanche, a deux syllabes ou plus.

Structure de syllabe

La structure des syllabes arabes est l’étude de la structure des segments de mots prononcées. En arabe, les syllabes sont linéaires et segmentaires et la contrainte des mots se produit en même temps que le segment. Il existe plusieurs façons d’étudier la structure des mots et des phrases arabes.

Le cœur d’une syllabe arabe est une voyelle, tandis que les marges sont constituées de consonnes pré et post-vocaliques. Ils ont également un début et une coda. Dans la langue arabe, ces segments sont communément appelés le début et la coda d’un mot.

L’arabe est un langage sémitique divisé en plusieurs branches, y compris la branche levantine. La branche levantine comprend les dialectes libanais, palestiniens, syriens et jordaniens. La recherche sur cette branche de l’arabe remonte à plusieurs siècles et se poursuit dans le présent.

Dialectes

Il existe de nombreux dialectes de la langue arabe. Certains sont plus largement utilisés que d’autres. Le dialecte du Caire, par exemple, est tenu en haute estime en Égypte. Cependant, les Arabes non égyptiens le regardent souvent avec amusement. Les dialectes Marocains et Algériens ne sont pas largement utilisés en dehors du pays.

Certains dialectes ont conservé la fin de la troisième époux du verbe, tandis que d’autres l’ont complètement perdu. Certains dialectes ont des verbes indéfinis, y compris le dialecte Najdi, qui a été sur le point d’extinction. De plus, le dialecte Najdi a largement perdu le / n / suffixe, connu diversement sous le nom de / an / ou / in /. L’indéfinité aux noms est rare en arabe parlé, mais c’est toujours une caractéristique de la poésie orale. La plupart des dialectes de la langue arabe conservent le suffixe accusatif adverbial CA, qui a été initialement utilisé pour marquer le marqueur tanwiin.

Les dialectes de la langue arabe sont également influencés par d’autres langues. Dans certaines parties de l’Égypte, par exemple, l’arabe est parlé aux côtés de copte, grec et anglais. En Afrique du Nord, les dialectes sont influencés par le français, le turc ottoman, l’italien, l’espagnol et le berbère. En Mésopotamie, les dialectes de l’arabe sont liés à une variété d’autres langues, notamment ptolémaïque, syriaque et phénicien.

Origines

La langue arabe était un véhicule culturel important au début du Moyen Âge et son influence peut être observée dans de nombreuses langues européennes. Plusieurs langues européennes ont emprunté des mots arabes, en particulier espagnol, portugais, catalan et sicilien. La langue arabe a été le plus largement utilisée pendant la période al-etalus dans le sud de l’Iberia. La langue arabe est également la source de nombreux mots anglais. Par exemple, le mot algèbre est dérivé du mot arabe al-Jabr. Un autre exemple est la langue maltaise, qui a des racines arabes mais est écrite dans l’alphabet latin.

La langue arabe s’est également propagée à d’autres pays par des tribus nomades. L’arabe a également été incorporé dans les langues maternelles par le mariage. La langue arabe a augmenté rapidement lors des conquêtes islamiques au 7ème siècle. Il s’est propagé en Afrique du Nord, en péninsule ibérique et même en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.