La calligraphie et l’écriture coufique

La calligraphie occupe une place particulière dans l’art de l’Islam, car elle est étroitement liée à la révélation coranique. La parole d’Allah représente, sous la forme du Coran, le seul témoignage de la révélation divine, qui Bien qu’il ait été transmis oralement à Muhammad, a ensuite été spécifiée et diffusée par écrit par ses compagnons.

Ceux-ci ont donné à la calligraphie une impulsion comparable aux forces engendrées dans le monde occidental. Des activités artistiques telles que la peinture, la sculpture, l’art religieux et la musique.

La calligraphie arabe dans ses débuts


La calligraphie arabe existe dans toutes les tailles et sur tous les matériaux d’expression artistique. Néanmoins, les œuvres les plus importantes ont débuté vers le VIIIe siècle, faits d’une manière déjà élaborée.

Le calligraphe était pratiquée assis par terre, reposant la feuille sur le genou et écrivant avec des lignes fixes et sûres. Ceci supposait un contrôle psychologique sur soi et contrôle moteur total sur la plume. Plusieurs années de pratique étaient nécessaire pour maîtriser cet art, et les chefs-d’œuvre de la calligraphie suscitaient partout l’admiration. Très prisés, les calligraphies étaient collectés, conservés et échangés aux prix des collectionneurs.

L’Alphabet arabe à l’origine de la calligraphie


Au début, la propagation du Coran était dans un script représentatif clair. L’écriture de l’alphabet arabe utilisée à La Mecque et à Médine dans la première moitié du 7ème siècle était une écriture consonantique, comme toutes les écritures sémitiques.

L’alphabet a 28 phonèmes et est écrit de droite à gauche, de sorte que toutes les lettres peuvent être jointes. Cependant, il y en a qui ne peuvent pas être jointes à gauche, il peut donc y avoir des espaces dans un mot.

Les voyelles courtes ont dû être déduites du contexte, mais la nécessité de signaler ces voyelles courtes par des signes d’aide est vite apparue. Il en est de même pour le système d’un à trois points, avec lequel ces lettres diffèrent, dont la forme de base est la même, comme “s” et “sh”, ou “b” et “t”

Le coufique aux débuts de la calligraphie arabe

Le coufique ou Kufi (الخط الكوفي) était, malgré son nom dérivant de la ville de Kufa (الكوفة) en Irak, un script qui était répandu sur tout le territoire de l’Islam. Ceci depuis al-Andalus jusqu’ à l’ouest et au-delà de l’Iran à l’est.

C’était un scénario universel pour une civilisation universelle. Dans les notaires, spécialement installés pour cela, des copies du Coran ont été écrites sur parchemin sous forme de paysage. Des inscriptions ont été conçues, gravées dans la pierre et appliquées aux bâtiments. Ils étaient également tissés en tissus comme ornements ou brodés.

Jusqu’au XIIe siècle, l’écriture coufique a continué à être l’écriture du Coran. Cependant, avec la propagation de l’Islam dans les pays où des langues autres que l’arabe étaient parlées et pour lesquels l’écriture arabe a été adoptée (les plus importantes sont le persan et le turc ottoman), de nouvelles demandes sont apparues. Ces nouvelles impulsions avaient pris effet et conduit à de nouvelles formes d’écriture dont l’écriture calligraphique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.