Histoire de la calligraphie Arabe

calligraphie-ecrire-en-arabe

Aux 7ème et 8ème siècles, les adeptes arabes du prophète Mohammad (sws) ont conquis des territoires s’étendant des rives de l’Atlantique au Sind (maintenant au Pakistan). En plus de répandre la religion de l’Islam, les conquérants ont introduit la langue arabe écrit et parlé dans les régions sous leur contrôle. La langue arabe était un facteur principal pour unir des peuples qui différaient considérablement par leur ethnicité, leur langue et leur culture.

L’écriture Arabe à l’apparition de l’Islam

Dans les premiers siècles de l’islam, l’arabe était non seulement la langue officielle de l’administration, mais aussi était la langue de la religion et de l’apprentissage. L’alphabet arabe a été adapté aux langues vernaculaires des peuples islamiques, tout comme l’alphabet latin l’a été dans l’Occident d’influence chrétienne.

L’arabe s’écrit de droite à gauche et se compose de 17 caractères qui, avec l’ajout de points placés au-dessus ou au-dessous de certains d’entre eux, fournissent les 28 lettres de l’alphabet arabe. Les voyelles courtes ne sont pas incluses dans l’alphabet, étant indiquées par des signes placés au-dessus ou en dessous de la consonne ou de la voyelle longue qu’ils suivent. Certains personnages peuvent être joints à leurs voisins, d’autres uniquement au précédent, et d’autres uniquement au suivant. Lorsqu’elle est couplée à une autre, la forme du personnage subit certaines modifications.

Ces caractéristiques, ainsi que le fait qu’il n’y a pas de lettres majuscules, donnent à l’écriture arabe son caractère particulier. Une ligne d’arabe suggère une progression urgente des caractères de droite à gauche. Le bel équilibre entre les arbres verticaux au-dessus et les courbes ouvertes sous le registre central induit une sensation d’harmonie. La particularité que certaines lettres ne peuvent être jointes à leurs voisines permet une articulation. Pour l’écriture, le calligraphe arabe utilise un stylo roseau (قلم) avec le point de travail coupé sur un angle. Cette fonction produit une course descendante épaisse et une course ascendante fine avec une infinité de gradation entre les deux. La ligne tracée par un calligraphe expérimenté est une véritable merveille de fluidité et d’inflexion sensible, communiquant l’action même de la main du maître.

L’écriture Kufi

D’une manière générale, il y avait deux scripts distincts dans les premiers siècles de l’Islam: l’écriture cursive et l’écriture coufique. À des fins quotidiennes, une écriture cursive a été utilisée: des exemples typiques peuvent être vus dans les papyrus arabes d’Egypte. Rapidement exécuté, le scénario ne semble pas avoir été soumis à des règles formelles et rigoureuses, et tous les exemples survivants ne sont pas l’œuvre de scribes professionnels. Cependant, l’écriture coufique semble avoir été développée à des fins religieuses et officielles. Le nom signifie «l’écriture de koufa», une ville islamique fondée en Mésopotamie, mais le lien réel entre la ville et l’écriture n’est pas clair. L’écriture coufique est une écriture plus ou moins carrée et angulaire. Les copistes professionnels ont utilisé une forme particulière pour reproduire les premières copies du Coran qui ont survécu. Ceux-ci sont écrits sur parchemin et datent du 8ème au 10ème siècle. Ils sont pour la plupart de format oblong plutôt que codex (c’est-à-dire livre manuscrit). L’écriture est souvent volumineuse, en particulier dans les premiers exemples, de sorte qu’il peut y avoir aussi peu que trois lignes sur une seule page! Le script peut difficilement être décrit comme rigide et anguleux; au contraire, le rythme implicite est majestueux et mesuré.

L’écriture maghrebi

Des calligraphies distinctives ont été développées dans des régions particulières. En Andalousie, la calligraphie Maghribi (الخط المغربي) a évolué et est devenu le script standard pour le Coran en Afrique du Nord. Dérivé finalement du coufique, il se caractérise par l’extension exagérée des éléments horizontaux et des courbes ouvertes finales sous le registre médian.

Calligraphie Maghribi (الخط المغربي)

La calligraphie Taalik et Diwani

La Perse et la Turquie ont apporté des contributions à la calligraphie. Dans ces pays, l’écriture arabe a été adoptée pour la langue vernaculaire. Les scribes persans ont inventé l’écriture Taalik (خط التعليق) au 13ème siècle. Le terme Taalik signifie «suspension» et décrit avec justesse la tendance de chaque mot à tomber du précédent. À la fin du même siècle, un célèbre calligraphe, Mir Ali Tabrizi (en persan : میرعلی تبریزی), a fait évoluer le nastaalik, qui, selon son nom, est une combinaison de Naskh (خط النسخ) et de Taalik. Comme la calligraphie Taalik, il s’agit d’une calligraphie fluide et les deux étaient couramment utilisés pour copier des les livres persanes.

Calligraphie Taalik « Au nom de Dieu clément et miséricordieux »

Un script caractéristique développé en Turquie ottomane était celui utilisé dans la chancellerie et connu sous le nom de Diwani (الخط الديواني). Cette calligraphie est très élégante et assez difficile à lire. La calligraphie turque est particulière au Tuğra (طغراء), une sorte de chiffre royal basé sur les noms et les titres du sultan régnant et travaillé dans un design très complexe et magnifique. Un Tuğra distinctif a été créé pour chaque sultan et apposé sur les décrets impériaux par un calligraphe qualifié.

Tugra du Sultan Abdul Hameed II

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.